Skip navigation
06/01/2017  /  TII GROUP  /  SCHEUERLE

La société d'expédition Kübler fait du travail de précision

avec un fret sensible sur InterCombi SCHEUERLE entre la Moyenne-Franconie et le lac Ammersee

  • La société Kübler a transporté la coque de 140 tonnes et le pont du bateau MS Utting sur un total de 30 lignes d'essieux InterCombi SCHEUERLE
  • Les contraintes de hauteur de l'itinéraire l'ont empêchée de recourir à une plaque tournante et exigé une précision extrême dans la manipulation et la mise en œuvre de l'équipement de transport, afin de ne pas endommager le chargement arrimé de manière rigide.

Pour pouvoir utiliser le moindre centimètre de hauteur pendant le transport, Kübler a choisi un mode de chargement particulièrement difficile : les deux véhicules à plateau InterCombi de SCHEUERLE de 9 et 11 essieux ne sont pas équipés de plaques tournantes. Au lieu de cela, les éléments du bateau sont posés de manière rigide sur les véhicules à plateau puis arrimés. Le bateau constitue donc avec les remorques une gigantesque entité rigide. Les dispositifs d'arrimage doivent absorber toutes les forces longitudinales et transversales. La direction précise des véhicules à plateau InterCombi de SCHEUERLE et les décennies d'expérience de la société Kübler dans le domaine des transports sensibles de bateaux ont toutefois permis de venir à bout de toutes les difficultés.

Le coordinateur du transport Nicolas Grimm apprécie lui aussi les qualités éprouvées et la fiabilité des véhicules à plateau InterCombi de SCHEUERLE : « Quand nous montons sur l'autoroute A9, qui est un grand axe routier, avec plus de 250 tonnes de poids total roulant, chacun doit être certain que tout fonctionnera à la perfection et qu'aucune panne ne bloquera l'autoroute pendant une période prolongée. »

Un samedi matin, les choses sont prêtes à prendre leur cours. Tous les modulaires à plateau SCHEUERLE InterCombi sont arrivés au port de Roth et sont préparés. Les grues mobiles ont déjà été montées et équipées avec les écarteurs de câbles requis. Le pont supérieur est à présent séparé avec précautions de la coque et déposé sur dix essieux des modulaires à plateau. Les répartiteurs de charge sont parfaitement positionnés et le premier train roulant peut aller se placer en position d'attente peu de temps après. La coque aussi est ensuite rapidement hissée hors de l'eau puis placée avec une précision au centimètre près sur deux modulaires à plateau alignés l'un en face de l'autre. Grâce aux points d'arrimage judicieusement positionnés et aux traverses mises en place au préalable par le chantier naval, la coque est bien calée et les arrimages rapidement mis en place.

Lundi soir, le convoi démarre à l'heure dite sous escorte policière et emprunte les routes que les techniciens de la circulation routière ont bloqué jusqu'à la montée sur l'autoroute fédérale A9. Là, à l'entrée Allersberg, nouvelles manœuvres de précision, puisqu'il faut franchir un sens giratoire pour rejoindre l'autoroute. Assistants de guidage, suiveurs et conducteurs font un travail remarquable et une demi-heure plus tard seulement, le convoi monte en marche arrière sur l'autoroute fermée pour l'occasion. Lentement mais sûrement, le convoi poursuit encore sa route cette nuit-là jusqu'à deux heures du matin, puis fait halte sur une aire de stationnement qui lui a été réservée. C'est assez pour cette nuit, la deuxième étape sera franchie la nuit prochaine.

Le soir suivant a donc lieu la deuxième fermeture des autoroutes A9, A99 et A96. Des bouchons d'une certaine ampleur sont cette fois-ci inévitables : avec une largeur de près de 10 mètres, il est tout simplement impossible de se ranger un moment à droite sur le bas-côté pour laisser passer la circulation. La situation est encore plus 'serrée' dans un tunnel : il n'y a que quelques centimètres d'espace en haut, à gauche et à droite avec les parois en béton. Kübler a spécialement fait démonter auparavant des panneaux de signalisation et a mesuré l'éclairage au plafond.

La sortie d'Inning am Ammersee est rejointe vers une heure du matin. Comme le virage de la voie de sortie est trop serré, il faut suspendre toutes les règles du code de la route : la glissière de sécurité centrale est retirée, les services autoroutiers bloquent la voie opposée que le convoi emprunte pour quitter l'autoroute à contresens. Après une dernière étape sur la route régionale, sur laquelle d'innombrables panneaux et feux ont été démontés, le convoi atteint l'enceinte des services bavarois de navigation du lac Ammersee. Deux puissantes grues mobiles l'attendent déjà et la coque est mise à l'eau à la lueur de l'aube. Puis c'est au tour du pont supérieur de planer dans les airs avant d'être déposé sur la coque.

Impressionnant : la coque et le pont du MS Utting chargés sur des InterCombi de SCHEUERLE en route vers le lac Ammersee

Fin prêts : alignés avec précision, les InterCombi de SCHEUERLE accueillent la coque du bateau

Conditions de voirie difficiles ? Pas de problème pour les essieux pendulaires à stabilisation hydraulique de l'InterCombi de SCHEUERLE